vendredi 15 avril 2011

Minuit, tome 1 : Le baiser de minuit, de Lara Adrian

À la suite d'un meurtre, Gabrielle Maxwell est projetée dans un monde où les vampires rôdent et se livrent une guerre fratricide. Lucan Thorne méprise la violence de ses congénères. Lui-même vampire, il a juré de protéger non seulement les siens, mais aussi l'humanité. Il ne peut courir le risque de se lier à une mortelle. Mais quand Gabrielle devient la cible de ses ennemis, il n a d'autre choix que de l'entraîner dans les profondeurs où il règne l'entraîner dans son univers.

Quand je commence une nouvelle série, je n'attends vraiment qu'une seule chose : de la nouveauté. Que ce soit dans l'emploi des mythes, dans la constructions de l'univers ou dans caractère des personnages, il faut que j'ai l'impression de ne pas avoir déjà lu ça avant et que ça me donne envie d'en lire plus pour mieux tout découvrir.
Alors autant vous dire qu'avec Minuit j'ai bien été déçue. Certes, le mythe est assez original, mais il est présenté de manière tellement brute et sans finesse la première fois où l'on nous l'explique, que j'ai eu très envie de rire. La suite des explications (le comment du pourquoi il y a des vampires sur terre sans que les humains le sachent) est ensuite donnée avec un peu plus de sensibilité, ce qui fait disparaitre un peu ce côté risible de la chose.

Quant au reste, pour moi c'était du déjà vu. Une guerre secrète entre des méchants et des gentils vampires, un couple qui tombe raide dingue amoureux au premier regard (je te rassure Cess, ceux-là ne suintent pas) et un groupe de gentils vampires presque tous célibataires qui peuvent être bien mystérieux ou assez méchants, ça ne vous rappelle rien ? Oh j'allais oublier la gentille qui ne connait rien à cette guerre et qui devient la cible des méchants pendant tout le bouquin ! 

Enfin bref, le parallèle avec une certaine série parlant d'une certaine Confrérie est tellement évident que pendant toute ma lecture j'y ai pensé, et je n'ai jamais pu m'en détacher. Même si cette série a sa part d'originalité, c'était vraiment trop ressemblant.

A part ça, me direz-vous ? L'héroïne, Gabrielle, est plutôt sympathique car elle a un poil de jugeote (mais pas beaucoup plus), malgré sa libido extrêmement développée lorsqu'elle croise Lucan. Lui, Lucan, pourrait presque toucher ma corde sensible avec ces airs de bad boy et son attitude *Je lutte contre mes sentiments pour ne pas entrainer ma jeune et jolie compagne dans mon univers sanglant et morbide, et parce que je suis un peu dangereux quand même*. J'ai dit "presque". Je n'ai qu'une seule corde sensible pour ce type de gars là, et elle est réservée à la Confrérie.

Un seul point vraiment positif : c'est un peu mieux écrit (ou traduit) que la Confrérie, et ça se lit bien. Mais bon, ça, ça n'est pas quelque chose qui est très difficile à faire. Sauf, comme je le disais pour la première explication du mythe, qui a manqué de me faire éclater de rire. Et quand on sait que cette explication vient dans le premier quart du livre, je vous laisse imaginer mon état d'esprit pour le reste de la lecture.

En conclusion, j'aimerai répondre à l'accroche des éditeurs pour vendre ce livre. Il était écrit que si on avait aimé la Confrérie, on allait aimer aussi Minuit. C'est peut être le cas pour certains lecteurs mais pas pour moi : c'est tellement ressemblant que Minuit devient inutile. Si je veux lire ce genre de chose, je n'ai pas besoin de 36000 séries identiques, j'en lis une (la première) et puis c'est tout. Je ne pense pas lire la suite, mais je ne doute pas que cette série trouvera son public.

Je tiens quand même à remercier les éditions Milady et Livraddict pour ce partenariat, qui m'ont permis de me faire mon propre avis sur cette série. 

A vous, si vous le souhaitez, de vous faire la vôtre !

5 commentaires:

Fée Bourbonnaise a dit…

Je crois que je vais passer mon tour, j'ai peur d'avoir les mêmes impressions que toi au final. Je m'en vais plutôt attendre le prochain tome de La confrérie. :D

Choukette a dit…

Comme Fée, je vais passer mon tour. La Confrérie me suffit et si c'est pour passer ma lecture à me dire que ça y ressemble ce n'est pas la peine. Il y a sans aucun doute de meilleures série bit-lit à découvrir.

Galleane a dit…

C'est ce que j'ai peur que ça me fasse aussi mais comme d'habitude ma curiosité voudra lire ce livre et j'aime toujours me faire mon propre avis même si je le regrette au moins je me dis que j'aurai vu par moi même.

Malou a dit…

Je vais pas faire original, la confrérie restera la série de ce genre que je vais suivre :D

Frankie a dit…

Je ne l'ai pas lu et je n'ai pas envie mais comme tu dis autant lire celle qu'on connait déjà, d'autant plus qu'avec la Confrérie il y a de quoi faire avec 8 ou 9 tomes ! En plus, moi, je trouvais déjà que La confrérie ressemblait aux Dark Hunters, pas besoin d'une 3e série dans le genre !